Tout savoir sur le jean | Partie 2

    comment chosir jean pour homme selvedge

    Maintenant que vous êtes quasiment incollables sur le tissu dans lequel est fabriqué votre jean, nous allons finir notre série de deux articles dédiés au jean avec deux points importants et un bonus !

    Liens d’accès rapide

    1. Comment choisir son jean ? |  2. Comment entretenir son jean ? | Bonus : l’histoire du jean

    Pour ceux qui n’auraient pas lu la Partie 1 de l’article, je vous invite vivement à la lire afin d’être familier avec toutes les petits détails qui font un grand jean.

    LET’S GO !


    1. Comment choisir son jean | qualité, taille | et quel prix payer ?

    LIEN D’ACCES RAPIDE

    a – LES DETAILS QUI FONT UN EXCELLENT JEAN

    b – COMMENT BIEN CHOISIR LA TAILLE DE SON JEAN A L’ACHAT

    c – QUEL LOOK POUR MON JEAN ?

    d – OU ACHETER SON JEAN (LES MEILLEURES MARQUES) ET A QUEL PRIX ?

    a- Les détails qui font un excellent jean

    Le tissu, dont je vous ai parlé dans mon article précédent, est l’élément principal de votre jean. Donc peu importe que Joey Starr soit l’égérie de la marque, le plus important c’est le tissu ! Choisissez un jean selvedge au tissu bien serré et lourd, fabriqué avec un fil torsadé.

    Vous le reconnaîtrez avec la finition du liseré rouge à l’intérieur de la jambe. On peut aussi avoir une poche ticket avec le liseré rouge du selvedge, un must ! Si vous ne saisissez pas toutes les subtilités de la toile selvedge, petite cession de rattrapage dans la Partie 1 de l’article | Choisir un jean selvedge pour homme ?

    jean poche ticket selvedge homme comment choisir details rivets selvedge

    Une poche ticket avec le petit liseré. Plus sympa n’est-ce pas ?

    Ensuite, vérifiez la qualité des coutures car – comme sur n’importe quel vêtement – c’est un point important. Le fil utilisé doit être solide. J’avoue que c’est un peu compliqué à décrire ! Un fil solide, c’est d’abord un fil dense et épais, pas trop terne et dont les coutures bien régulières sont relativement serrées. Demandez – au choix– à votre tailleur / retoucheur / tante / mamie / maman / papa (?), ils sauront vous montrer à quoi ressemble un fil costaud !!

    jean selvedge homme comment choisir details rivets

    Des coutures qui ont de l’allure !

    Regardez aussi si les coutures comportent des points d’arrêt et des surpiqûres renforcés, notamment sur les poches arrière (ci-dessous, on voit bien les points d’arrêt en diagonal sur les poches). Le meilleur moyen pour se faire l’œil est de prendre un jean dont le prix est plus élevé par rapport à la majeure partie des produits (un jean APC ou Nudie par exemple) et de le comparer à un jean moins cher. Vous comprendrez rapidement !

    Attention, je ne suis pas en train de dire qu’un jean cher est plus solide qu’un jean prix moyen, mais si vous le choisissez bien vous devriez en avoir pour votre argent ! Consultez notre liste des meilleures marques de jeans, elles proposent des pièces certes plus cher, mais cela pourra vous inspirer pour vos futurs achats afin de dénicher un jean d’un bon rapport qualité-prix.

     jean selvedge homme comment choisir point coutureDes points d’arrêt et des surpiqûres renforcés.

    A noter aussi qu’il est préférable que la couture de l’ourlet soit en point de chaînette – ce qui montre qu’un soin particulier a été apporté dans la confection – même si celle-ci risque de disparaître rapidement si vous faites raccourcir votre jean à l’achat, sauf à aller chez « Repair Jean » (toutes les infos dans la Partie 1 sur le point de chaînette).

    Le dernier détail à prendre en compte est la qualité des rivets. Comptez 6 rivets pour un jean 5 poches. Dans le meilleur des cas tous les rivets seront en cuivre et ceux des poches arrière seront cachés. On peut parfois trouver des jeans dont les poches seront doublées, mais c’est vraiment un détail dont on peut se passer (même si c’est ultra chic !).

    b- Comment choisir la taille du jean lors de l’achat ?

    On a souvent lu et entendu que pour choisir un jean il fallait pouvoir à peine rentrer dedans lors de l’achat car le jean doit se porter serré. Comme la répétition est la base de la pédagogie et que les conneries répétées se répandent trop vite, on a fini par le croire ! Or c’est une fausse bonne idée (un peu comme faire manger du nougat à son grand père).

    Pour choisir la taille de votre jean, on doit prendre en compte deux cas de figure :

    (i) votre jean est sanforisé ; (ii) votre jean n’est pas sanforisé (Que veut dire sanforisé ?) :

    (i) Si votre jean est sanforisé, il ne rétrécira pas plus de 3% (autant dire rien du tout). Par conséquent, choisissez un jean à votre taille et portez-le tout simplement !

    (ii) Si votre jean n’est pas sanforisé, il n’a pas subi de traitement contre le rétrécissement et il va inéluctablement rétrécir de 7% à 10% au lavage (« oui mais vous avez dit qu’il ne faut pas le laver… » – en effet, mais il faut quand même le laver à un moment donné). Par conséquent, choisissez une taille au-dessus de votre taille normale, rentrez chez vous, remplissez un fond de baignoire d’eau chaude et laissez le tremper pendant 30 minutes. Faites sécher et portez le !

    c- Bien choisir le look de son jean

    On est des partisans du jean brut, des amoureux de la toile vierge de tout traitement, qui se délavera avec le temps et que votre postérieur aura usé. Une belle toile qui gardera en elle les traces du temps qui passe et les stigmates d’une vie de patachon ! Une belle toile, vous la reconnaitrez. Elle est rigide mais douce à la fois, et donne des reflets comme si elle brillait (mais sans briller, oui oui je suis sérieux) !

    d- Où acheter son jean et à quel prix ?

    Le prix d’un jean selvedge peut varier du simple au double. On commence aux alentours de 40€ chez Uniqlo (un très bon rapport qualité/prix), pour ensuite se tourner vers Gustin (env. 70€ ) et Balibaris (env. 100€) ou The Unbranded Brand (env. 100€).

    Au-delà de 100€, les marques APC | Edwin | Nudie | Naked and Famous proposent des jeans aux alentours de 140€. Les amateurs de jeans apprécierons Renhsen (entre 70 et 250€), et le top pour finir, les « puristes » vous recommanderont sans doute Iron Heart | Momotaro | Skull | Levi’s Vintage Clothing.

    Voici une liste non exhaustive d’autres (bonnes) marques les plus connues des amateurs de jeans :

    3sixteen | Baldwin Denim | Big John | Burgus plus | Pantashop (blague) | Denime | Eternal | Flat headJapan BlueJohn Bull | MofM (manofmoods)Momotaro | Mr. Olive | Naked and Famous | Nudie Jeans | Oni denim | Omnigod | Paul Kruize | Paulrose | Real McCoy’s | Rogue Territory | Samurai | Spellbound Studio D’Artisan | Sugarcane | Sunny Sports | Tellason | Unbranded | United Stock Dry Goods


    2. Comment bien entretenir/laver son jean ?

    LIEN D’ACCES RAPIDE

    a – L’EPREUVE DU BAIN FROID

    b – LE LAVAGE A LA MAIN

    c – LE LAVAGE EN MACHINE

    d – LE LAVAGE A SEC

    Les amateurs de jeans vous le diront unanimement : lavez vos jeans le plus rarement possible. Le but est de limiter l’usure du jean et de le laisser prendre votre morphologie avant le premier lavage.
    Il est désormais courant de voir certaines marques conseiller à leur client de ne pas laver leur jean durant les 6 premiers mois. Des études démontrent même que cela n’est pas sale (ces gens ne prennent probablement pas le métro parisien !!!). L’honneur est sauf !

    Une fois les 6 ou 9 mois passés – ca va être dur mais tenez bon – quatre techniques de lavage sont possibles.

    ne pas laver son jean

    « Nous n’avons pas lavé ce jean et vous ne devriez pas non plus. Si vous devez le laver, retournez le, lavez le dans une eau froide et savonneuse et étendez le. « 

    a- L’épreuve du bain froid

    Méthode drôle mais non recommandée : cela ne va pas être une partie de plaisir mais c’est d’expérience la technique la plus saugrenue ! Elle consiste à faire couler un bain froid – humm pas drôle en fait – pendant que vous enfilez votre jean comme si vous alliez prendre un verre avec des amis.

    Une fois la baignoire remplie, versez y un peu de lessive douce sans détergents ou diluez un peu de savon de Marseille dans l’eau, et rentrez dans votre bain comme si tout-était-normal !

    Enfin, restez environ 30 minutes dans votre bouillon et appréciez ce moment vivifiant ! Rincez-vous à l’eau – encore à l’eau froide sinon cela serait trop facile – et quittez votre jean.

    Laissez-le s’égoutter sans l’essorer dans un endroit aéré (dehors de préférence pour éviter de transformer votre salon en pataugeoire).

    Je ne recommande pas cette méthode qui a tendance à détendre le jean aux genoux et à la taille. Bof !

    b- Le lavage à la main

    Méthode recommandée qui commence comme l’épreuve du bain froid, sauf que vous ne remplissez qu’un fond de baignoire et que le jean ira seul dans l’eau pendant que vous siroterez une menthe elle aussi à l’eau.
    Placez le jean à plat au fond de votre baignoire propre, dans une eau savonneuse (lessive douce sans détergent ou savon de Marseille) et laissez tremper 45 minutes. Essorez très légèrement et laissez s’égoutter dehors au grand air. C’est tout !

    bien laver jean baignoire

    c- Le lavage en machine

    On ne recommande pas vraiment, mais si vous insister on peut vous conseiller de laver à l’envers et à basse température (30°) voire à froid, avec une lessive douce sans détergent.

    Ne mettez PAS d’essorage pour ne pas faire décolorer votre jean et laissez le s’égoutter dans un endroit aéré (dehors de préférence).

    Nb. : l’essorage est votre pire ennemi. Il vide la fibre de sa teinture et accélère la décoloration du jean, fuyez le. Quant au sèche-linge, laissez-tomber. Accrochez plutôt votre jean dans votre douche pour un séchage naturel.

    d- Le lavage à sec

    Il préserve la rigidité du jean et sa couleur, mais finalement, le but du lavage c’est qu’il délave un peu votre jean et qu’il prenne vos marques non ?!

    Au final, n’oubliez jamais de jeter un œil aux conseils d’entretien présents sur l’étiquette à l’intérieur de votre jean, c’est toujours bon de savoir quelle règle vous allez transgresser !


    3. L’histoire du jean

    Non ce n’est pas un cowboy solitaire qui une nuit de pleine lune s’est taillé un pantalon au coin du feu dans le tissu de sa toile de tente, et qui aurait dédié sa création à l’amour de sa vie, « Jeanne » la fille du fermier.

    Malgré ce que l’on peut penser, c’est à la République de Gênes (Italie), reconnue pour sa puissance maritime et la qualité de ses tissus, qu’on doit le terme « jean » dérivé de l’ancienne appellation anglaise de la ville « Jeane » ou « Jannes ».

    Déjà utilisé au XIVeme siècle pour confectionner des pantalons robustes et peu onéreux, ce tissu dont on appréciait particulièrement les qualités avait fait le tour de l’Europe. Après avoir constaté le succès grandissant du jean, des vilains copieurs de la petite ville française de Nîmes ont bien tenté de reproduire ce tissu, sans le succès des italiens.

    Mais à force de persévérance et d’audace – bien française (cocorico) – les tisserands de Nîmes ont réussi à créer un tissu de coton écru à armure de serge très résistant qui prendra le nom de la ville « de Nîmes » et donnera le « Denim ». Ironie de l’histoire, le tissu était par la suite envoyé à Gênes pour être teint en bleu indigo !

    Le jean que l’on connait aujourd’hui n’arrivera que plusieurs siècles plus tard et sera le fruit d’une collaboration entre un marchand de vêtements et de tissus appelé Levi Strauss (ce nom me dit quelque chose ???) et un tailleur futé appelé Jacob Davis (de Reno dans le Nevada).

    Flashback historique…

    On est 1853 quand Lévi Strauss, un jeune immigré allemand de 24 ans, s’installe sur la côte ouest pour profiter de tous les bénéfices de la ruée vers l’or (bonne ambiance et soleil !). A l’époque, ce marchand ne proposait que des toiles de tente et des bâches en denim épais qu’il vendait aux « forty niners » (les mecs qui avaient eu les c…. d’aller dans l’ouest américain en 1849 pour extraire du sol ce qui allait faire leur fortune, avant même que le moindre journal ait évoqué l’existence d’une ruée vers l’or).

    la ruée vers l'or jean homme

    Dans les archives de Levis vintage clothing.

    Le tailleur de Reno achetait de son côté à Strauss sa toile denim pour faire des pantalons solides sur lesquels il plaçait des rivets en cuivre pour améliorer leur résistance. Il faut dire qu’à cette époque la rudesse de la tâche ne permettait pas de se contenter d’un chino H&M sous peine de finir cul nu en moins de temps qu’il faut pour le dire. Malgré le succès de son pantalon auprès des travailleurs du coin, le tailleur n’avait ni les fonds ni lancé de projet Kickstarter pour se développer !

    Comme toujours dans la vie, il y a ceux qui ont des idées et ceux qui ont du nez pour les commercialiser. Face au succès de son invention, Jacob Davis – qui n’avait pas un rond – s’associa à Strauss pour monter leur première startup – et sans incubateur – afin de breveter l’idée du pantalon en denim à rivets en 1973 afin de se partager les fruits de la commercialisation.

    Le succès du « blue jean » suffit à lui seul à raconter cette fabuleuse invention, et les modèles de pantalon en tissu « denim » Levi Strauss & Co fabriqués par la manufacture Amoskeag feront le reste.

    Il ne faut donc pas oublier l’origine de ce « blue jean », qui servait au départ aux bûcherons et aux chercheurs d’or. Ce vêtement de travail n’avait pas l’allure qu’on connait aujourd’hui puisqu’il était pourvu d’une coupe très (très) large, disposait d’une martingale à la taille pour le serrer, d’une poche unique sur la fesse droite et parfois d’une poche à outils sur la jambe et des boutons pour les bretelles.

    C’était autre chose qu’un slim fit et tutti quanti APC !


    C’est ainsi que se termine notre série sur les petits détails qui font un grand jean. J’espère que vous avez bien retenu les points importants afin de bien choisir vos jeans. N’hésitez pas à commenter à la fin de l’article pour continuer la conversation, nous répondrons avec plaisir.

    A bientôt, 😉

    Arnaud

    martingale jean selvedge

    BONUS : La conception d’un jean sur-mesure, de la commande à l’essayage.

    Paul Kruize fabrique des jeans à la commande et sur-mesure. Magnifique !!

    (Image : jean via Shutterstock)

    Previous ArticleNext Article
    Fondateur de Verygoodlord etGiotho.com, j'aime les voyages et les lunettes rondes. Passionné de photographie et d'élégance, je distille sans relâche mes conseils et coups de coeur.

    6 Comments

    1. A peu près le genre d’idée que je me faisais sur le sujet, merci beaucoup pour cet incroyable billet.

    2. Superbe article! Très complet et superbement écrit. Je ne fais désormais plus partie des vendeurs de jean qui ne connaissent pas le terme « Sanforisage  » lol

    3. Très intéressant, cet article aborde plusieurs points que je n’avais encore jamais lu ailleurs en ce qui concerne le jean.
      Et puis avec toutes les petites blagues qui parsèment l’article, la lecture est encore plus plaisante.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *









     







    REJOINS MOI
    SUR INSTAGRAM
    MAINTENANT
    Envie de mieux t'habiller ? Télécharge mon guide gratuit
    TELECHARGER