les montres militaires du Vietnam au cinéma

bandeau guerre du vietnam

Récemment, je me suis replongé dans deux grands classiques du cinéma consacrés à la guerre du Vietnam :

  • Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (1979), libre adaptation du roman court de Joseph Conrad, Au Cœur des ténèbres (1899), dans lequel on suit l’avancée hallucinante du capitaine Willard et de son équipage le long de la rivière Nung, dont la mission consiste à trouver et tuer le colonel renégat Kurtz, devenu fou.
  • Platoon d’Oliver Stone (1986), récit réaliste et sans fard sur la perte d’innocence de Chris Taylor, jeune engagé largué dans une section symboliquement divisée en deux camps distincts, celui de la morale, incarné par le sergent Elias Grodin et celui de la brutalité incarné par le sergent Bob Barnes.

Pendant mes visionnages, je me suis rendu compte qu’à côté des éternelles Jungle Jackets, des casques customisés et des planches de surf, on retrouvait pas mal de montres à l’écran et aux poignets des personnages principaux. En plus d’essayer de les identifier, je me suis demandé si ces montres que l’on aperçoit dans ces deux films étaient cohérentes d’un point de vue historique. N’importe quel soldat de base ayant servi au Vietnam pouvait-il posséder ces garde-temps ? Est-ce que l’armée proposait des montres de dotation à ses hommes ? Voilà les différents mystères que l’on va tenter de résoudre dans cet article.

les montres des gi’s au vietnam

Lors d’un conflit militaire, le département américain de la défense a recours à un système de dotation par lequel chaque soldat reçoit l’équipement nécessaire à son déploiement en opération. Dans le cadre de ce système, plutôt que de se tourner vers une offre déjà existante, l’armée propose des contrats aux entreprises privées qui répondent le mieux aux exigences strictes qu’elle vient fixer. Pour les fusils d’assaut comme pour les tenues de combat ou les montres, le fonctionnement est le même. Durant la guerre du Vietnam, plusieurs sociétés (Bulova, Benrus, Hamilton, Westclox…) vont obtenir des contrats et fabriquer des montres militaires plus ou moins différentes au fil du temps. Par souci de simplicité, je reviendrai uniquement sur certaines des montres les plus emblématiques.

Maintenant, cela veut-il dire que l’armée fournissait à tous les soldats des montres militaires ? Malgré ce que l’on pourrait croire, la réponse est bel et bien non ! À partir de 1964, année où les États-Unis s’engagent frontalement dans le conflit, une bonne partie des soldats débarque au Vietnam avec leurs propres montres civiles. Soumises à l’humidité et à de rudes conditions d’utilisation, leur durée de vie était assez limitée.

montre random bracelet
Montre civile équipée d’un bracelet Bund permettant de protéger le poignet du porteur et d’absorber l’humidité tropicale. Le boîtier, positionné à l’intérieur du bras, permet d’éviter tout reflet qui trahirait une position – Platoon.

Sur place, les soldats pouvaient acheter des produits dans des magasins (PXs = Post Exchange) tenus par l’armée hérités des comptoirs coloniaux du 19ème siècle. À côté des chewing-gum, des baskets et du dentifrice, on pouvait faire l’acquisition de montres suisses ou japonaises à prix réduit. Selon les environnements (terre, air, mer), les militaires pouvaient s’offrir des montres fiables, robustes et parfois étanches plus adaptées à leurs besoins. Glycine Airman GMT pour les pilotes, Zodiac Sea Wolf, Rolex Submariner et GMT Master pour l’équipe de démolition sous-marine ou les forces spéciales sans oublier les Seiko, très populaires et largement distribuées dans toute l’Asie. Pour le moment, revenons aux montres militaires commandées par l’armée.

glycine photo ancienne
Pilote portant une Glycine Airman

bulova mil-w-3818a

Les premières montres à avoir été utilisées au Vietnam ont été fabriquées par Bulova et Elgin sous la référence MIL-W-3818A. Ces montres sorties dès 1956 sont une évolution des montres de pilotes A17 fabriquées après la seconde-guerre mondiale et utilisées avant et pendant la guerre de Corée (1950 – 1953). En plus du cadran à double index, on retrouve les aiguilles cathédrales typiques des montre WW2. À l’intérieur, ce boîtier de 32 millimètres embarque un calibre Bulova 10BNCH à 15 ou 17 rubis doté de la fonctionnalité stop seconde. Bien finies et fiables, ces montres seront remplacées en 1962 par le nouveau cahier des charges MIL-W-3818B. Seul Benrus obtient un contrat auprès du département de la défense, damant le pion à des entreprises telles que Longines ou Tissot.

benrus dtu-2a/p

benrus
benrus dos

Validée dès 1962 par l’armée, cette Benrus sera distribuée de 1964 à 1969. Du point de vue de sa construction, la montre dispose d’un boîtier en acier de 34 millimètres, d’un cadran noir sans marque à double index rehaussé par des triangles jaunes luminescents (Tritium, isotope radioactif de l’hydrogène). Ce modèle étant monobloc, pour assurer une meilleure étanchéité, la révision est possible mais seulement par le verre bombé en acrylique. À l’intérieur, on trouve un mouvement Benrus Calibre DR 2F2 (+/-30s) à 17 rubis, basé sur l’ETA 2370, lui aussi doté de la fonction stop seconde. Dernière différence majeure, cette Benrus est équipée de barrettes à ressort et non plus de barrettes fixes, ce qui permet, en plus des NATO, d’utiliser une grande variété de bracelets.

À partir de 1968, la Benrus 3818B sera progressivement remplacée par les MIL-W-46374 fabriquées par Benrus, Hamilton, Westclox, Timex, Belforte et Stocker and Yale, versions bas-de-gamme dont on reparlera quand on s’intéressera au film Platoon. Maintenant que vous êtes incollables concernant les Field Watches et autres montres portées au Vietnam, passons tout de suite aux montres présentes dans Apocalypse Now.

apocalypse now : deux montres de légende

Parmi toutes les modèles, hélas difficiles à identifier, que l’on aperçoit brièvement à l’écran dans Apocalypse Now, deux montres sortent du lot. Il s’agit bien sûr de la Seiko 6105-8110 du capitaine Willard et de la Rolex GMT-Master portée par le colonel Kurtz à la toute fin du film.

vectorial

la seiko 6105-8110

Sans trop rentrer dans des détails d’ordre historique, Seiko a sorti la série 6105 en 1968 en remplacement de sa plongeuse 6217-8001 de 1965, communément appelée 62MAS. Cette dernière était la toute première plongeuse professionnelle Seiko dotée d’une étanchéité à 150 mètres. Voilà pour la petite histoire ! Pendant la guerre du Vietnam, deux modèles différents issus de la série 6105 sont vendus dans les PX’s :

  • La 6105-8000/8009, avec son boîtier de 41mm, sa date rapide, son verre hardlex, son mouvement 6105A, ses cornes plus longues, sa couronne protubérante et sa mention waterproof.
  • La 6105-8110/8119, avec son boîtier de 44mm, sa date rapide, son verre hardlex, son mouvement 6105B, ses cornes plus courtes, sa couronne totalement engoncée et sa mention water-resist.
deux versions seiko
À gauche, la 6105-8000/8009, à droite la 6105-8110/8119

Celle que porte Martin Sheen aka Captain Willard dans Apocalypse Now n’est autre que la version 8110, plus massive, avec son boîtier qui rappelle la carapace d’une tortue. Si le film a fortement contribué à créer une aura de légende autour de ce modèle, c’est surtout ses qualités intrinsèques qui la rendaient populaire au Vietnam. En plus d’être distribuée en quantité importante, elle était malgré son prix élevé beaucoup moins chère que la majorité des montres suisses étanches de l’époque. D’autre part, elle était réputée pour être un véritable tank, fiable, robuste, capable de résister à l’humidité locale là où les montres militaires dont on a parlé montraient rapidement leurs limites. Les vétérans qui ont ramenés ces montres aux USA à la fin de la guerre ont également contribué à forger la légende autour de cette montre.

Une fois le fond de boîte ouvert, on découvre le calibre maison 6105B à 17 rubis cadencé à 21’600 battements par heure. Pour se faire plaisir, j’ai sélectionné quelques moments du film où l’on aperçoit Willard avec sa 6105 au poignet.

seiko willard
seiko willardo

Si le design de la 62MAS vous plaît, vous pouvez vous tourner vers la Seiko Prospex SPB239J1. Si vous préférez entrer dans la peau du capitaine Willard, c’est la Prospex SPB237J1 qui est taillée pour vous.

rolex gmt-master

Lorsqu’à la toute fin du film, les spectateurs découvrent enfin le colonel Kurtz, ce dernier apparait dans un clair-obscur permanent, contribuant à renforcer son aura mystique voire quasi divine. À plusieurs reprises, dans cette même obscurité, on distingue une montre à son poignet.

rolex gmt
rolex gmt b

Personnellement, je n’ai pas été capable de l’identifier sans m’aider d’internet mais peut-être que certains d’entre vous y seraient parvenu. En tout cas, il s’agit bel et bien d’une Rolex GMT-MASTER ayant appartenu à Marlon Brando lui-même. Petite particularité, la légende raconte que la lunette a été enlevée par l’acteur afin que l’attention ne soit pas portée sur sa montre.

brando rolex

La rolex GMT-MASTER est née d’un besoin et d’une collaboration entre Rolex et la Pan American Airlines qui souhaitait équiper ses pilotes de montres dotées d’un second fuseau horaire. En 1954, un an après la Glycine Airman, le modèle sortait sous la référence 6542. Sa Rolex, Marlon Brando en a fait l’acquisition en 1972. Il s’agit donc de la référence 1675 commercialisée entre 1959 et 1980. Ce modèle au boîtier de 40mm embarque un mouvement automatique 1675 avec stop seconde cadencé à 19’800 battements par heure pour une réserve de marche de 48h. Dans le film, c’est un bracelet tropic noir qui remplace l’habituel bracelet en acier.

Par chance, cette montre personnelle de Brando était plutôt cohérente d’un point de vue historique puisque l’on sait que certains membres des Forces Spéciales (Kurtz en fait partie) appréciaient ce modèle et n’hésitaient pas à y mettre le prix, très élevé pour l’époque. Dans un PX, on pouvait en trouver aux alentours de 200 / 250 $, ce qui équivaudrait aujourd’hui à 1200 / 1500 €. Plutôt valable hein pour une Rolex…

Pour la petite anecdote, Marlon Brando a offert cette montre à sa fille en 1995. En 2019, la société Phillips, à l’occasion d’une vente spéciale intitulée GAME CHANGERS, l’a vendue pour la somme colossale de 1,8 million d’euros. Heureusement, à ce prix là, vous avez la signature de Brando sur le fond de boîte.

gravure brando

platoon : des montres plus modestes

Dans Platoon, parmi les innombrables montres que l’on aperçoit dans le film, seuls deux modèles sont mis en avant à l’écran :

  • Un modèle de Seiko bien mystérieux
  • Une Field Watch portée par Chris Taylor et Bob Barnes, qui pose un petit souci pour une raison bien particulière…

une seiko sous la pluie

Au début du film, en pleine nuit, Taylor et son unité montent la garde en pleine jungle sous une pluie battante. À un moment précis, Taylor retrousse la manche gauche de son poncho militaire pour regarder l’heure sur une montre en acier au cadran blanc, difficile à identifier à cause de l’eau qui ruissèle sur ce dernier. Pendant une fraction de seconde, alors qu’il essuie l’eau avec sa main, on arrive à lire le mot Seiko. Bingo ! Malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à déterminer de quel montre il s’agissait. Certains pensaient qu’il s’agit d’une 6602-8040 mais la montre que l’on aperçoit dans le film n’a pas de guichet de date et les index n’ont pas la même apparence. Si vous voulez vous prêter au jeu, rendez-vous à 19’22.

seiko taylor mouillee

une field-watch pas vraiment réglementaire

L’action de Platoon a lieu en 1967. Si vous avez bien retenu votre leçon sur la chronologie des montres militaires commandées par l’armée américaine, on s’attendrait à voir aux poignets des soldats des montres MIL-W-3818B fabriquées par Benrus Sauf que surprise, ce n’est pas du tout le cas. En zoomant sur les captures d’écran en HD que j’ai pu faire du film, je me suis rendu compte que les acteurs étaient équipés de montres Timex Camper totalement anachroniques puisque fabriquées bien plus tard dans les années 1980.

bob barnes field zoom
chris taylor field accroche

En effet, Timex a bien obtenu un contrat avec l’armée pour produire des montres MIL-W-46374B mais seulement à partir de 1975, année de la chute de Saigon. Je vous mets juste en bas les photos de la montre Timex officielle vis-à-vis de la montre plus tardive portée par Charlie Sheen (oui oui, c’est bien le fils de Martin Sheen) sur le tournage.

genuine timex vietnam
timex charlie sheen

Par rapport aux MIL-W-3818B, les MIL-W-46374B étaient des versions totalement cheap, jetables destinées à être remplacées en cas de casse même si leur mouvement mécanique très rudimentaire était réparable. Le boîtier de 36mm était soit en métal soit en plastique. Les modèles qui suivront seront équipés de mouvements quartz. On les reconnait à la mention H3 (Tritium radioactif) et au logo « radioactivité » à droite. Impossible donc de confondre cette Timex militaire avec les autres Timex vaguement inspirées qui sortiront après.

Pour les amoureux de montres militaires, dans la lignée des MIL-W-3818B, la Hamilton Khaki Field Mechanical est une référence « abordable » que je vous recommande chaudement. 38mm de diamètre, mouvement H-50 sur base ETA avec 80h de réserve de marche, verre saphir, prix de 470 €.


The End

Yes, j’ai réussi à placer de façon subtile un clin d’œil au morceau culte de The Doors qui rythme Apocalypse Now. De quoi terminer en beauté cet article pour le moins copieux mais qui m’a littéralement passionné. J’espère qu’il vous aura plu autant qu’à moi. N’hésitez pas à nous faire des retours en commentaires et en MP sur Instagram @dire.strech ou @verygoodlord.

À bientôt, Sylvain.

STUDIO VGL © Depuis 2012 | Mentions Legales

Remonter

S'INSCRIRE
sans spam - on déteste ça autant que toi !
close-link