Nobis 2021

nobis collection 2021

Dans ma quête de la parka parfaite pour cet hiver, le critère important était la longueur. J’avais envie d’une parka plus longue pour casser l’idée reçue qu’un manteau long va « tasser » une petite taille. Je fais 1m73 et je n’ai pas l’air tassé alors que je porte deux parkas qui arrivent au niveau de mes genoux.

Entrons directement dans le vif du sujet avec la Kane et la Wayland de Nobis.

La parka Nobis Kane

Cette Kane est un modèle bien long comme je voulais, avec plein de poches, comme toujours, et surtout avec des caractéristiques techniques hors du commun qui garantissent une résistance jusqu’à -30°C tout en restant imperméable, coupe-vent et respirante. Utile ? Je vous en parle un peu plus loin.

Un tissu 100% imperméable

Elle est composée d’un tissu 100% polyester « Crosshatch » très caractéristique de la collection Nobis. La marque l’utilise depuis des années. C’est un tissu à chevrons au toucher doux qui ne donne pas l’impression d’avoir une matière synthétique froide sous la main. C’est pourtant un tissu doublé d’une membrane « Sympatex » imperméable doté d’un très bon indice d’imperméabilité : il est annoncé à 10.000 Schmerber (note : le « Schmerber » est une unité de mesure de l’imperméabilité d’un textile) alors qu’une pluie correspond à environ 2000 Schmerber et un orage violent 8000 Schmerber. De quoi voir venir !

Le meilleur isolant qui existe

L’isolant est un duvet issu de canards élevés en plein air au Canada, et qui développent donc un duvet très performant pour résister aux températures canadiennes. Ce duvet provient de l’industrie alimentaire, c’est à dire que les animaux ne sont pas élevés uniquement pour leur duvet. La marque récupère ce duvet qui est finalement un « à côté » de l’élevage pour l’alimentation. Il y a d’ailleurs une certification sur chaque parka qui permet de retrouver l’origine du duvet au Canada.

Cette parka est dotée d’une poche pectorale à rabat aimanté, de trois poches à fermeture éclair dotées de zip imperméables. Ces 4 poches sont doublées avec un tissu polaire pour offrir de la douceur et surtout tenir vos mains bien au chaud. Afin de bloquer le vent, des poignets en jersey élastique équipent les manches et un passe pouce y est même percé pour protéger le haut de la main.

Au dos, un zip horizontal permet d’ouvrir une aération destinée à réguler la température corporelle en cas de surchauffe. Un zip vertical dans le bas du dos donne plus d’aisance pour éviter de se sentir comme dans un tube si on marche ou si on fait du 2 roues. Le zip frontal est quant à lui doté d’un double curseur afin de l’ouvrir d’en bas ou d’en haut (ou les deux). C’est un véritable plus.

La capuche est fixe et doublée avec un garnissage complet. Elle est ajustable à l’aide de cordons de serrage pour lui faire parfaitement épouser la taille de votre tête. Enfin, deux poches intérieures viennent compléter l’ensemble pour ranger ses effets les plus précieux.

Voir la Kane sur Nobis.com

Mais pourquoi acheter une parka si performante ?

Qui peut le plus peut le moins. Bien entendu, en France métropolitaine, on atteint rarement les -5°C. Vous allez donc me dire que c’est assez peu utile d’avoir une doudoune qui va jusqu’à -30°C. Mais est-ce utile d’avoir une voiture qui va à 190km/h quand la limitation maximale est 130 ?

Une doudoune aussi performante est utile pour ceux qui passent du temps dehors, ceux qui travaillent en extérieur, qui vivent à la montage, dans des zones venteuses, qui marchent beaucoup et par tous les temps ou encore ceux qui, comme moi, font du 2 roues en toutes saisons même sous les pires averses. Je peux vous dire d’expérience que je suis bien content d’avoir une parka ultra technique en hiver comme en été.

Cela permet d’avoir un confort maximum sans se demander si l’on va avoir froid ou si la pluie va nous surprendre. C’est être serein en toutes circonstances, un mardi matin pour déposer mon fils à la crèche ou un après-midi au bord de la mer quand le vent souffle fort.

La parka Nobis Wayland

L’an dernier, alors que je visitais la boutique parisienne de la marque, une longue parka matelassée pour femme me faisait de l’oeil et je rêvais qu’elle soit proposée aussi pour homme. Cette année, mon vœu est exaucé. Est-ce vraiment grâce à moi ? L’histoire ne le dit pas.

Un vraie doudoune réversible pour homme

On peut enfin sortir dehors en ayant l’impression d’être encore dans son lit. C’est littéralement la sensation qu’on peut avoir en portant cette Wayland matelassée réversible. S’il est recommandé de porter le coté lisse à l’extérieur pour bénéficier à 100% de cette face imperméable dotée d’une membrane Sympatex et des coutures scellées, le côté matelassé peut aussi être mis à l’extérieur pour donner un look original.

La capuche fixe est ajustable à l’aide de cordons de serrage comme sur sa cousine la Kane. Elle est équipée de multiples poches en fonction de la face que vous choisissez d’exposer :

  • côté matelassé, on retrouve deux poches zippées doublées avec un tissu polaire ;
  • côté lisse, on retrouve deux poches latérales aimantées doublées polaire et deux poches pectorales zippées mais non doublées.

Tout pour rester au chaud

Les poignets en jersey élastiques permettent d’avoir une protection optimale contre le vent qui pourrait s’engouffrer dans les manches. C’est un détail extrêmement important pour ceux qui font du deux roues. On peut aussi apprécier le zip principal à double curseur qui permet de laisser de l’amplitude de marche en bas sans devoir tout ouvrir.

Chaude et gonflante : la puissance du duvet

Comme sur la précédente, elle est dotée d’un garnissage 90/10, c’est à dire constitué de 90% de duvet de canard blanc canadien et de 10% de plumes. Le duvet étant le meilleur isolant, c’est notamment ce détail qui justifie tarif élevé de cette doudoune.

Le rendu est à la hauteur du confort. Le côté matelassé placé à l’intérieur donne un moelleux incroyable à cette parka. C’est la face qu’il faudra porter à l’intérieur le plus souvent pour bénéficier de cette sensation d’un confort extrême et enveloppant. On pourra placer cette face plus fun les jours de beau temps froid pour donner une autre allure à sa tenue. Le style est très différent, mais j’adore.

Voir la Wayland sur Nobis.com

Pourquoi Nobis est une marque « premium » ?

C’est une question qui revient chaque année. J’ai la chance de collaborer avec cette marque depuis 2017 et je connais parfaitement leurs produits que j’utilise chaque hiver. Je suis donc très souvent interrogé par des lecteurs sur Instagram, et les questions sont souvent les mêmes : est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Pourquoi c’est aussi cher ?

Je vais répertorier rapidement pourquoi je réponds « oui » à la première question.

Bien comprendre la différence entre « déperlant » et « imperméable ».

C’est un point essentiel. Il y a eu beaucoup d’amalgames ces dernières années depuis que certaines marques utilisent des visuels avec des gouttes d’eau sur des doudounes. Un traitement déperlant est un enduit qui est appliqué sur le tissu et qui fait glisser l’eau pendant un certain temps. C’est comme les bombes de produit qui sont vendues en supermarché et qu’on pulvérise sur ses chaussures pour les protéger avant l’hiver. C’est efficace un temps très court, mais après un lavage, une grosse pluie ou quelques frottements, l’enduit part et l’eau peut rentrer comme dans du coton. Au final vous serez trempés, et ce n’est pas vraiment ce qu’on recherche en hiver !

Un vêtement « imperméable » est quant à lui résistant à l’eau selon une unité de mesure internationale appelée le « Schmerber », en référence à l’industriel textile Charles-Édouard Schmerber. Cette imperméabilité se calcule en soumettant un tissu à la pression d’une colonne d’eau, dans un cylindre, et en calculant sa résistance au passage de l’eau. Le résultat de ce test donne un chiffre en « mm Schmerber » ou « Schmerber ».

Comme je vous le disais plus haut, une pluie normale correspond à 2000 Schmerber, donc on considère qu’au delà de ce chiffre la veste est imperméable. Une pluie lourde va correspondre à 8000 Schmerber. Plus plus le chiffre de Schmerber est haut, plus le tissu est efficace contre les averses violentes ou le contact prolongé à l’eau. En ce qui concerne Nobis, l’usage d’une membrane Sympatex évaluée à 10.000 Schmerber offre l’assurance d’avoir une veste qui vous tiendra au sec pendant des heures de pluie. En plus, le niveau d’imperméabilité est assuré pour de nombreuses années, sans devoir lui appliquer un traitement particulier.

Ensuite, même l’usage du tissu le plus imperméable du monde ne serait rien sans avoir des coutures thermo soudées et des zip protégés à la fois à l’aide d’un joint et d’un rabat aimanté. Si ce n’est pas le cas, l’eau va tout simplement perler sur le tissu imperméable, pour venir glisser dans les zip et entre les coutures. Ce sont des détails qui viennent gonfler le prix de fabrication du produit.

Les détails qui font un vêtement bien chaud

Si les prix s’en ressentent forcément, c’est aussi le cas du confort global et de la technicité des parka Nobis. Ce n’est pas simplement pour faire beau. Je pense notamment à la capuche doublée qui est suffisamment profonde pour bien couvrir la tête et la garder au chaud. On sait que c’est par la tête que l’on perd entre 40 à 45% de notre chaleur corporelle.

Les poignets en jersey élastique permettent aussi de bien protéger du froid et du vent pour éviter qu’il ne pénètre dans la parka. Il ne faut pas oublier que votre parka ne fait « que » conserver votre chaleur, elle n’en produit pas !

Et c’est à ce moment là que l’on parle d’un autre point déterminant.

L’importance de la qualité de l’isolant

Sur ce point là, malgré toutes les recherches les plus poussées dans le domaine, cela fait des décennies que l’on en revient toujours au même isolant naturel et biodégradable : le duvet de canard et la plume. Même chez les meilleurs fabricants de sac de couchage pour les explorateurs, vous trouverez toujours une doublure en duvet et plumes sur les modèles ultra performants. Et dans ce domaine, le duvet de canard canadien est un must, comme peut l’être le cachemire des chèvres tibétaines pour la laine. Ce duvet provient de canards canadiens élevés en plein air dans des conditions de grand froid, et qui développent donc un duvet de meilleur qualité. On ne s’étonnera pas de la volonté de Nobis de pousser la technicité et l’efficacité de ses produits au maximum.

Concernant Nobis, ils utilisent uniquement du duvet issu de l’industrie alimentaire, et totalement tracé. Je vous laisse aller voir ici pour avoir plus d’infos sur ce sujet très important.

Les autres détails

On peut aussi noter que les zip haut-de-gamme à double curseur, les rabats à fermeture aimantées, les poches doublées en polaire et ainsi de suite, font augmenter la qualité générale du produit et la facture finale. Ces détails contribuent à créer un produit très qualitatif sur la durée, mais aussi à le rendre plus beau et plus efficace à l’usage. Ce n’est pas un « luxe » puisqu’il y a un réel usage, mais c’est un plus qui peut ne pas être indispensable pour certaines personnes.

Je m’arrête ici pour les explications. Je vous invite vraiment à passer la porte de la boutique Nobis de Paris pour constater par vous même et ne pas me croire sur parole ! 😉

En partenariat avec Nobis. Lire notre charte morale.

A. Chanteloup © Depuis 2012 | Mentions Legales

Remonter

S'INSCRIRE
sans spam - on déteste ça autant que toi !
close-link