NITTO KNITWEAR

image de mise en avant nitto

Il y a de cela maintenant un an, alors que je réalisais un article sur les meilleures marques de pulls, je suis tombé sur une marque française que je ne connaissais pas auparavant : Tricots Jean Marc. Après quelques recherches, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une entreprise familiale installée à Clamart depuis trois générations. Il ne m’en fallait pas plus pour l’intégrer à l’article. Pour me remercier, l’actuel dirigeant de l’atelier m’a même fait parvenir un pull dans une jolie maille lumineuse et texturée. Je vous arrête tout de suite, pas la peine de vous rendre sur le site en question, vous ne tomberez que sur des modèles 100 % féminins. Étrange, n’est-ce pas ? Et oui, la société vendait auparavant ses deux gammes homme / femme, radicalement différentes, sous le même nom. Pas très pratique pour s’y retrouver. La chose est désormais corrigée puisqu’une refonte totale a eu lieu, donnant naissance à la marque Nitto Knitwear. Les changements sont nombreux, pour le meilleur !

L’histoire de nitto knitwear

Les origines

Tout commence en 1972, lorsque le grand-père paternel de l’actuel dirigeant, Melik Baratian, lance son propre atelier de fabrication de mailles à Clamart, au sud-ouest de Paris. À cette époque, les français d’origine arménienne étaient nombreux à travailler dans le secteur du tricot. Depuis la fin de la guerre, un véritable savoir-faire familial s’était développé, à tel point que certains possédaient leurs propres entreprises et leurs propres machines. Pour la petite anecdote, à cette époque là, pas moins de 250 tricoteurs coexistaient dans ce petit bassin textile parisien. C’est colossal. Face à la mondialisation féroce et à la concurrence asiatique, seuls quelques uns parviendront à survivre.

grand pere et arriere grand pere
Au centre, l’arrière grand-père de Melik. Juste au dessus de lui, le grand-père

Dès le départ, l’offre de Tricots Jean Marc se concentre sur la production de mailles « fantaisie » pour les femmes, destinées à partir chez les grossistes et les distributeurs du Sentier, à Paris. Si les années 80 sont fastes, les choses se dégradent rapidement avec l’arrivée de grossistes asiatiques à Aubervilliers, saturant le marché de produit à bas coût. Malgré tout, la société parvient à traverser les différentes crises successives.

atelier tricots ancien
L’atelier Tricots Jean Marc, avec ses machines à tricoter au milieu des années 90

L’arrivée de melik

Grâce à ses deux parents, Melik baigne dès l’enfance dans cet univers du vêtement, si bien qu’il attrape lui aussi le virus. En 2011, après des études de commerce et plusieurs stages dans le milieu de la mode (Ed Hardy à Los Angeles, Céline), il décide de rejoindre l’aventure familiale pour perpétuer le savoir-faire de son père et son grand-père. Malheureusement, après cinq passés dans l’entreprise, Melik pense toutefois à quitter l’entreprise. C’était sans compter sur une rencontre avec un distributeur japonais lors d’un salon, qui va commander pour le Japon des quantités de plus en plus grandes. À partir de ce moment-là, Melik en profite pour repenser en profondeur l’activité. Une collection est créée, de nouveaux fils sont choisis, la façon de tricoter est repensée. Bref, l’idée est de monter en gamme.

melik photo atelier
Melik, accompagné d’un employé de longue date

En 2018, après cette commande japonaise, la gamme masculine voit le jour, autour de pulls hivernaux intemporels, tricotés dans des fils de qualité. Le pull Youri, un col rond en maille piquée, fait partie des bestsellers de l’atelier.

panneaux pulls youri
Les panneaux des manches du pull Youri

Pourtant, malgré les matières de qualité et les modèles réussis, il manque un petit ingrédient pour que la formule prenne vraiment. Le nom, certains le trouvent trop clivant, un peu désuet, l’étiquette cousue sur les manches ne plaît pas à tout le monde. Sans parler de la confusion qui peut exister avec la gamme féminine, elle aussi nommée Tricots Jean Marc. Pour mettre tout ça à plat, Melik décide de faire appel à une agence, afin de travailler sur une communication plus jeune, moins centrée sur le Made in France et l’aspect technique. Après des mois de travail, Nitto Knitwear est né. Nitto, c’est un clin d’œil au mot japonais signifiants tricot(s).

pull avedis anthracite
La version Tricots Jean Marc du pull Avedis

La présentation des produits

Test du pull youri orange

pull youri orange plie

Le premier pull que je vous présente n’est autre que le pull Youri, le modèle emblématique de Tricots Jean Marc. Dans sa version Nitto Knitwear, le pull garde exactement le même fil en laine mérinos et la même coupe mais est débarrassé de son étiquette cousue sur la manche. Je voulais absolument le tester car c’est le genre d’épaisseur intermédiaire que je n’ai pas dans ma garde robe. Et la maille piquée, dans ce joli coloris orange proche du terracotta, est du plus bel effet. Au niveau de la coupe, elle est vraiment géniale, c’est légèrement légèrement décontracté au niveau des manches et du bassin.

moi youri orange

Avec un modèle pareil, les tenues sont simples à exécuter. Ici, j’ai choisi de porter un pantalon en ripstop olive avec un petit côté pantalon outdoor. Les deux couleurs se marie très bien ensemble. S’il avait fallu mettre une veste, j’aurais misé sur ma Barbour Beaufort et le tour était joué. Aux pieds mais vous ne le voyez pas, je porte une paire de New Balance 991 Harris Tweed. Bien sûr, un jean brut ou noir marche très bien aussi. C’est vraiment une pièce polyvalente, ni trop chaude ni trop peu isolante.

Le pull Youri est disponible en 7 coloris. Il est vendu au tarif de 155 €.

Test du gilet vasken bleu marine

pull vasken plie

Avec ce second modèle, j’ai eu un véritable coup de cœur. C’est une pièce plus forte, moins universelle mais qui plaira quand même au plus grand nombre. Ça faisait longtemps que je cherchais ce genre de cardigan col châle mais peu de marques en font en France. Nitto a entendu ma prière. Je suis parti sur ce coloris bleu marine pour éviter la prise de risque du bleu canard, plus difficile peut-être à marier. En tout cas, je conseille un size-up par rapport à votre taille habituelle car la maille est assez serrée et compacte. On est sur un produit qui fait plus d’un kilo, toujours dans un fil en laine mérinos. Mention spéciale pour les jolis boutons en corozo.

moi vasken marine

Ici, je l’ai joué bon élève en enfilant le gilet sur une chemise oxford bleu ciel toute simple. En bas, un pantalon en velours marron et des blundstone aux pieds pour casser le côté trop sage. Rien ne vous empêche de l’associer à un sweatshirt, à un t-shirt à manches longues ou a un pull plus fin. Un chino à pinces beige marchera à merveille aussi. Gardez toutefois en tête que les manches étant relativement serrées, ça peut coincer niveau layering. Quand les températures descendront, je me vois déjà dans mon mac un peu ample ou mon duffle-coat. C’est une pièce à la fois utilitaire et parfaitement élégante.

Le gilet Vasken est disponible en deux coloris. Il est vendu au tarif de 300 €.


Un grand merci à Nitto Knitwear et Melik Baratian

Vraiment, foncez découvrir le tout nouveau site internet qu’a lancé Nitto récemment. La direction artistique est vraiment très réussie. Évidemment, je ne peux que vous conseiller de vous laisser tenter par une maille de chez eux. À coup sûr, vous aurez une belle pièce qui vieillira très bien. D’ailleurs, la date de production étant indiquée sur l’étiquette intérieure, on fera le bilan d’ici quelques années. Pour noël, c’est une idée cadeau idéale. Des bonnets et écharpes sont également proposés. Bon vent à Nitto !

STUDIO VGL © Depuis 2012 | Mentions Legales

Remonter

S'INSCRIRE
sans spam - on déteste ça autant que toi !
close-link